AAA

 

* un vers issu d'un poème d'Alphonse de Lamartine mais qui est aussi le titre d'une pièce de théâtre qui m'a beaucoup touchée ( Cie Madani,  lien ici ).

 

La balancelle bascule sa carcasse

Le vent sur la terrasse

Caresse ce matin des spectres

Assis sur du vide

Ils serrent entre leurs mains des cœurs desséchés

Des regards morts et des peurs calcinées

Au fond d’un bol de café

 

J’ai froid et je ne veux plus pleurer

 

Je veux me cuirasser

Livrer aux vers

Ce qui reste d’amour d’émotion, de belles choses

Laisser la noirceur vriller

Que les lèvres enfin

Restent closes

 

Sommes-nous et pour toujours

Cet enfant désespéré ?

 

Nous avons construit nos os émotionnels

Sur les sanglots d’autrefois

Ces émotions soudaines, à  rebrousse-ciel

Un désespoir si absolu et si froid

Que nous ne saurons plus voir que son ombre ténue

Brisée en poudre blanche

Ou bue

 

Je veux me cuirasser

Arrêter de dévaler les escaliers affectifs d’un Potemkine de salon

Or au contraire ce que j’ai fait

Depuis que la baba est née

C’est amollir mes barrières ressentir

M’ouvrir

-vous vouliez m’enfermer

 

Cela ne finira-t-il jamais ?

Joy Division Day Of The Lords