29 octobre 2017

Rencontre matinale

[illustration : Shaun the sheep ]   Je l’ai reconnu tout de suite, avec sa touffe de cheveux jaunes et sa salopette pattes d’eph. Il m’avait tellement agacée, celui-là, quand j’étais petite, avec ses  questions et ses aphorismes. Peut-être parce que je sentais qu’il n’était pas authentique, une supercherie bien illustrée  à laquelle une grande personne prêtait sa voix, de façon certes réussie mais tout de même. Ce n’est qu’adulte que j’ai commencé à apprécier sa fausse simplicité, peut-être étais-je moins affûtée. A... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 juillet 2017

Visite

  Derrière la fenêtre, une silhouette  basse et gracieuse s'est arrêtée et le temps se suspend. Ma chienne beauceronne se jette contre la vitre. Des siècles de domesticité lui hérissent le poil, dans un face à face très ancien : animal domestique contre nature sauvage. Le renard s'est figé dans l'obscurité. C'est un adulte, à mon avis un mâle, vu sa taille. Il a le bout de la queue blanche. Il renifle avec intérêt l'herbe autour du barbecue, peut-être s'y trouve-t-il encore quelques traces olfactives et carnées. J’essaie... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juin 2017

Envols ou le syndrome de Nils

  Première levée,  un matin qui sent encore l’orage. J’ai ouvert les volets et le jardin s’éveille, encore humide et sauvage. J'imagine un vol d’oiseaux par-dessus la maison, et je me vois, minuscule, devant la porte-fenêtre, partant peut-être. Je rentre à contrecœur. Pas un bruit à  l'intérieur. Le fait de les savoir encore endormis me bouleverse ce matin, j’ignore pourquoi. Peut-être parce que la fatigue de l’année accumulée me rend parfois difficile leur présence. Ces existences qui comptent … pour moi... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 08:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 juin 2017

Erehwon

[illustration : Anders Rokkum : http://rockum.tumblr.com/ ]   Les aiguilles de la pendule indiquent une heure aléatoire et je baigne dans mes désirs contradictoires. Je me suis levée avec ce monde qui dégringole et la journée m’a apporté son lot de malheur bien plié papier défroissé, l’entête m’est inconnue et ne peut apporter rien de bon, j’ouvre c’est confirmé, nos vies ne sont rien et nous avons mis en gage notre cage. L’homme en costume qui se grattait  les burnes a repris la montée après avoir fait son job de... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 novembre 2016

Retour vers le futur

  Dehors le brouillard a fardé mes collines, une ombre effilochée sur les cimes. Aujourd’hui est décidément un jour de rien, un de ces jours où je sens à peine battre mes veines, où le marais s’est asséché, un jour vide, guidé par la matrice. Mon crâne résonne de ses non-sens. Ce matin je me suis déchirée en te regardant partir, c’était pourtant si simple, ta main aux ongles coquillage, froide et agacée frôlant la mienne, le coffre qui claque, définitif, ton sac est trop plein, c’est ma faute je n’aurais pas dû rajouter le... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 16:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 octobre 2016

Babalbutiements

  Un truc sur lequel, l'âge venant, j'ai renoncé à m'améliorer : ma capacité de rangement. J'ai fini par admettre que chez moi, rangé = perdu. Mais la vie réserve parfois des surprises : j'ai mis la main ce matin sur la sauvegarde de mon premier blog, "Humeurs abrasives" - alors que je croyais l'avoir bazardé depuis longtemps. Et parmi les articles de mémère-à-son-chien-chien, de maman-débordée-épuisée, il y a aussi mes premiers pas d'auteur. Mes premières tentatives de mettre en mots mon désordre émotionnel, mes... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 août 2016

"Meg fait des confitures"

[illustration trouvée chépluhou sur le net ]   Ça y est, l'été se tire...Une dernière salve de chaleur est prévue cette semaine paraît-il, une dernière occasion de s'assoupir le neurone sur la balancelle, de s'enfumer le cerveau au barbec, de se noyer la gerbe dans des petits verres parfumés,  entre ombre et lumière, de s'oublier en forêt. Drôle d'été - enfin drôle n'est pas vraiment le mot, entre effroi collectif et peurs individuelles, angoisses discrètes ou obsolètes, thérapies nouvelles et partagées, anciennes... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juin 2016

Soyez nombreuses, pour de nombreux demains.

    La femme zombie se tient assise à l’écart, droite et glacée. De la main elle me fait un signe discret, comme pour me dire : tu vois je suis loin mais je suis là .Tu n’en as pas fini avec moi. Alors que toute la journée je babayague fond de marais, que je picore entre les dents de la psyché les miettes que je veux bien considérer, il est vite  16 heures, un dernier coup de fil à passer, celui-là juste à côté ; voix professionnelle et efficace, je note scrupuleusement la proposition que l’on me fait, qui va... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 mai 2016

Fuite amniotique et produits dérivés

    Platitudes enchaînées à des espoirs brisés, je cherche un oubli éphémère dans le verre en équilibre sur le bord de la baignoire, heures désespoir. J’ai  jeté sur le sol les vestiges de ma vie d’autrefois, ajustés calibrés, éparpillés déchirés, le petit radiateur électrique voile le son de la télé dans l’autre pièce, je ferme à clé, pour un répit non quantifiable j’ai tourné la pendule posée sur la chaise de bébé, je veux qu’il soit nuit je veux minuit, je m’engloutis, Atlantide en ruine dans une eau fétide où... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 10:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 avril 2016

faux-connerie

  * OU : jeu de maux à deux balles    Il est encore trop tôt, je me berce de mots dans la petite pièce aux volets toujours fermés,  la lampe du bureau dégoutte sa lumière sur les papiers froissés qui jonchent le vieux canapé. Sur le sol un dictionnaire est ouvert sur une page qui n’existe pas. Des sursauts de conscience battent contre mes tempes, je me cherche de bonnes excuses peut-être pour vriller. Dehors rôdent de terribles nouvelles, la mort a la part belle et je ne ressens rien, je ne suis qu’une... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,