08 mai 2017

disque enrayé

    C’est l’heure qui ne convenait pas Ou le jour Ou c’est moi Un disque usé jusqu’au sillon Tourne dans le salon Je suis un peu ébréchée sur les bords Là où frottent souvent Les sentiments Mes mains ont écrit trop de mots Au lieu de prendre à bras le corps Cette vie là Pourtant je sais bien Que ce ne sera pas pour une autre fois Alors quoi ? C’est l’heure qui ne convenait  pas Ou bien le jour Ou bien moi ?   Arrivée quand on ne l’attendait pas Elle restera Là Là Là Un disque usé jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mai 2017

Petite et sans ombre

[Ian Cumberland "Distance" ]   Mes rêves me rappellent à l'ordre Ils m'intiment de leur voix grave De revenir à moi-même, D’aller dans la bibliothèque en désordre Chercher Lorenzaccio Et son petit couteau Je m’en servais naguère Pour me curer les veines Ebauchant dans mes rimes Des rêves immobiles Je croyais vivre et maintenant je suis amère Je flotte entre deux univers Je sens l’un presqu’envolé L’autre désintégré Alors je creuse et je tombe Je me fais petite et sans ombre Sans voix Et sans envie.   ... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mars 2017

Intérieur Crépuscule

[variation sur le  texte précédent ; avec toujours en illustration une oeuvre de Jennifer Cronin. Je pense qu'on utilise le même gel douche ... ]   La lumière coule entre la porte et le mur La maison vit les dernières heures d’un jour triste Tu viens mourir dans l’interstice   Comment on sait que c’est fini ? Que la fosse est couverte Que les sales peurs les errances les cauchemars Y sont bien clos pour jamais ?   Je suis sur le départ Il n’y a pas de hasard Tu restes planquée Assise et tu... [Lire la suite]
20 mars 2017

A suivre

  [Pour accomagner cette babayaguerie balnéaire, une oeuvre de Jennifer Cronin ; site ici. ]   Intérieur-crépuscule. La lumière coule entre la porte et le mur, la maison vit les dernières heures d’un jour triste qui vient mourir dans l’interstice. La lumière étouffée du plafonnier révèle la poussière sur le sol, là un tapis élimé, sur la chaise entassés les nippes de la journée. Elle a remonté ses genoux contre la poitrine, souvenir. LA FILLE DANS LA BAIGNOIRE : Comment on sait que c’est fini ? Hein,... [Lire la suite]
Posté par babayagga à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,