pierrot_dans_l_espace_damien_saez

"tu vois quoi  ?  

moi j’vois des pays. t’avais ça les planètes qui s’allument toi ? les terres qui s’allument dans les chambres d’enfants. les terres qu’on fait tourner, du bout des doigts, moi j’faisais tourner ma terre en y posant l’index, en fermant les yeux pour savoir où j’atterrirais, et puis j’rêvais. faire tourner la terre sur une terre qui tourne toute seule alors quand t’as l’occase de la faire tourner la terre, faut pas lâcher, c’est tellement elle qui nous fait tourner d’habitude la terre, à savoir si c’est pas pour ça qu’on a peu trop la tête qui tourne, nous qui tournons sans savoir qu’on tourne, tous les jours, on tourne, comme un manège dans l’espace, de lever du jour en lever de lune. alors on fait tourner nos rêves, du bout des doigts dans des chambres d’enfances, on fait tourner nos mondes pour mieux rêver et voir du bout des doigts où nous emporteront nos rêves, avant qu’on soit trop vieux pour faire tourner nos terres dans des chambres d’enfant, avant qu’on soit des cons d’adulte, avant la thune, avant la société, avant qu’on ait fini d’grandir puis qu’on soit plus qu’un dos qui s’courbe petit à petit pour y retourner à la terre, avant qu’on vende ses rêves. j’rêvais de c’que s’rait ma vie. du voyage qu’elle serait ma vie. on s’goure toujours quand on est gamin, mais alors qu’est-ce qu’on rêve. alors moi j’vois des pays quand j’regarde mon plafond. puis des étoiles. tu les vois les étoiles ? moi j’en vois plein, on dirait des papillons les étoiles."

  

texte extrait de "Pierrot dans l'espace", SAEZ Le Manifeste.

 

Saez Le Manifeste - Pierrot dans l'espace